Domaine de la chevalerie

Domaine de la chevalerie

Vignerons depuis 1640, date à laquelle notre famille (Caslot) est arrivée sur le domaine. Transmis de génération en génération. Arrivée de ma sœur Stéphanie et de mon frère Emmanuel au début des année 2000 sur l’exploitation et moi (Laurie) en 2017.

Ce qui démarque votre production de la concurrence ?

« Des vins authentiques et vivants reflets d’un terroir à un moment donné (=un millésime). La pratique de la biodynamie et plus largement le soin apporté à l’environnement global et aux interrelations entre le vivant de sa diversité participent à la spécificité de nos vins. »

Votre terroir ?

« Différents terroirs tout autour de la maison : alluvions anciennes (graviers), sables, argiles-sables, argiles-calcaires »

Les difficultés rencontrées ?

« Gels tardifs désormais fréquents. Hiver doux et sécheresse estivale obligeant à adapter les méthodes culturales. Evolution du profil du vin en raison de l’évolution du climat, des vins souvent plus chaleureux mais gardant malgré tout une belle fraicheur grâce à nos beaux terroirs. »

Quel est votre volume de production annuel ?

« En moyenne pour une année sans gel et pas trop de mildiou : 135 000 bouteilles. »

Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

« Lors d’une balade dominicale dans nos vignes à la veille des vendanges 2019, pour regarder l’évolution des maturités notre regard fut attiré par un léger ondulement de l’herbe et puis quelle ne fut pas notre joie d’entendre un superbe « glouglou » provenant du plus profond des entrailles d’une belle perdrix… Elle venait de se délecter d’un vers de terre et repartait à la recherche des graines de nos semis. C’est à partir de ce beau glouglou qu’est né Noms d’Oiseaux, une cuvée glouglou dans le plus pure sens du terme. »

Décrivez en un seul mot vos produits ?

« DELICATESSE »